POURQUOI PAS LE SAC À DOS?

Je m’ennuyais d’écrire. Mais dans le brouhaha des jours, la plume demeurait muette. En papotant avec mon amie Caroline, l’idée d’une série de brefs articles sur le quotidien est survenue. Alors voici… Comme tout a été dit, je ne réinvente rien. Je remâche et transpose en mots ce qui m’entoure. Le ton est léger, sans artifice, pour le plaisir, sans plus. 🙂

ALORS, POURQUOI PAS LE SAC À DOS?

Je l’ai longtemps boudé et remplacé par l’inconfortable mallette. J’avais l’impression d’être un vrai homme d’affaires avec la poignée aux doigts. Mais c’est tout sauf pratique. La mécanique est absurde. Il faut constamment déposer, retenir, reprendre… Bref, ça demande de la coordination. Évidemment, le fourre-tout à bandoulières vient compenser les failles du porte-documents, mais la posture en souffre un coup. Le poids n’est pas bien réparti, et avec le temps, Quasimodo fait son entrée. Dernièrement, je suis retourné à mes amours d’école. Le bon vieux sac à dos a retrouvé ses coutures renforcées de noblesses dans mon quotidien.

Compact, pratique, ce type de bagage me permet de circuler librement. Sauf dans les transports en commun, où il n’est pas le bienvenu. (Pas d’affolement, il se porte aussi aux pieds.)

UN PEU D’HISTOIRE

De la cruche en poterie à la hotte en osier, de tout temps l’homme qui marche a inventé des outils pour faciliter ses allées et venues. Le sac à dos est donc né de cette suite logique.

Au début du vingtième siècle, il a fait son apparition sous la forme d’une grande poche de cuir attachée à des cadres de bois. Puis le bois a fait place au métal et le cuir à la toile. Le havresac conçu avant tout pour les militaires s’est démocratisé vers les années 30 pour accommoder les activités sportives telles que l’alpinisme et la randonnée, sous le joug du scoutisme.

Il faudra attendre la révolution 70 afin que l’objet, dans sa forme singulière, envahisse les cours d’école, et les années 90 pour que l’industrie de la mode en fasse un accessoire branché.

PASSE-PARTOUT

Alors qu’on porte une version Chanel, Matt & Nat ou modestement Ikea, ce balluchon moderne est présent partout, dans toutes les classes sociales, sous toutes les formes, motifs et couleurs. C’est un incontournable du paysage urbain, qui transporte plus que son lot.

Véhicule parfait pour les promos et autres effigies commerciales. Le sac à dos a plus de cent ans. Il continuera longtemps d’être le compagnon fidèle des piétons, qui comme moi, aiment bien avoir plus d’un tour dans leurs sacs.

Éric Béland, designer graphique

Sources :

http://www.lemonde.fr/mode/article/2014/02/21/un-peu-d-histoire-le-sac-a-dos_4370250_1383317.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sac_à_dos

http://www.glamourparis.com/mode/shopping-tendance/diaporama/mode-sac-a-dos-canons/31489

MON BLOGUE

Si je n’étais pas designer, je serais sans doute écrivain ou journaliste. Les mots ont toujours eu une place de choix dans mon parcours professionnel. L’envie de presser le verbe et d’exprimer ma pensée sur des sujets aléatoires se fait aujourd’hui bien vivante. Et pourquoi ne pas oser jouer de la plume, sans artifice ni prétention pour le plaisir de faire danser les lettres? Ce blogue sera cette vitrine, un billet à la fois.

Blogue